LA SALLE D'EXPOSITION PERMANENTE


Pour ce petit accrochage permanent nos aimables collaborateurs ont sélectionné, spécialement pour vous, quelques pièces uniques de La Collection. Vous y trouverez des rêves rares, de styles différents, authentiques et de plusieurs époques, témoignants de la créativité du subconscient, ainsi que des œuvres plus modestes qui proposent au visiteur une vision exhaustive du territoire de l'imaginaire associatif.

VOUS ENTREZ DANS LA SALLE

D'EXPOSITION PERMANENTE

• Lucie | rêvé à l'âge de 23 ans | rêve n° 017-802171

« Je suis dans une grande maison que vient d'acheter ma mère. Elle est immense ; il y a même une salle de bal qui tient étrangement lieu de terrain de jeux pour les tout petits. Certaines pièces sont meublées, d'autres non. Le parquet est par endroits recouvert d'une peinture brune qui commence à s'écailler. Une famille circule dans la maison - j'ignore s'ils sont invités ou locataires, étant donné que la maison est très grande. Dans la salle de bal, je tente de jouer du piano. Aucun son ne sort. Je demande alors à l'un des invités-locataires de m'aider à l'ouvrir afin de découvrir pourquoi. À l'intérieur, j'aperçois les pieds d'un homme en costume de cérémonie a priori décédé. »

• Agnès | rêvé à l'âge de 67 ans 7 mois et 8 jours | rêve n° 020-604020

« Dans ma chambre au mur bleu le papier se décolle. Je découvre alors une porte cachée, Elle s'ouvre et derrière je vois un appartement témoin avec des ouvriers et des vendeurs. Soudain un jeune homme nu et fou entre chez moi le visage déformé par la terreur, il se coule dans mon lit. J'appelle au secours Le patron de l'entreprise arrive, très embêté. C'est son fils. Je lui dis" il souffre il faut appeler un médecin." Cela le rassure parce qu'il avait honte. Plus tard en attendant  les secours je m'aperçois que le jeune homme a rétréci et tient tout entier dans un bocal. Je m'étonne d'accepter cette réalité étrange et surnaturelle sans aucun doute. »

• Sandy | rêvé à l'âge de 10 ans | rêve n° 016 -52105

« Je suis au bord d'un escalier et je ne peux pas le descendre, je peux juste tomber. Et je tombe sans jamais atterrir. »

• Flojeanne | rêvé à l'âge de 10 ans | rêve n° 016-52720

« C'est la guerre. Des cadavres jonchent le sol. Je m'allonge parmi eux et fais la morte pour qu'ils ne me repèrent pas. J'arrête de respirer. Ils passent au milieu des corps. Mais là, je reprends mon souffle. Ils me voient bouger, m'attrapent et me jettent dans une machine à laver qu'ils font tourner. Et là... je me réveille. »

• Leïla | rêvé à l'âge de 11 ans | rêve n° 020-913002

« Je suis dans un couloir de mon collège avec une amie prénommée Nara. Ce couloir est très sombre. Nara commence à jouer avec les fils qui dépassent de son pull. Elle a l'air nerveuse. Je ne sais pas ce qu'elle attend. Je la trouve très étrange... J’entend des bruits de pas provenant des escaliers. Et puis d'un coup, un enfant blond, aux cheveux bien plaqué et en uniforme  arrive, me pousse et s'approche très près de mon amie. Je veux la défendre quand elle me repousse d'elle même :

  • Pousse toi, ingrate !

Il y a un bug dans ma tête. Pourquoi fait-elle ça ? Puis, une scène d'horreur, elle rentre dans lui, comme pour lui donner sa force ... Je suis HORRIFIÉE. Je n'ai pas d'autre mot.

Il s'approche de moi, dans son regard, on voit qu'il veux se débarrasser de moi. Il s'approche, et veux-il me tuer ? Je ne sais pas et personne ne le saura jamais…»

• Matthias | rêvé à l'âge de 6 ans | rêve n° 016 -529001

« Je suis un singe avec une tête de lama. Je grimpe en haut d'un arbre. Je suis dans un zoo. Et chaque fois que quelqu'un passe, je lui crache dessus. »

• Jacky | rêvé à l'âge de 35 ans | rêve n° 016 -52102

« La maison est au coeur de la forêt amazonienne. La rivière fait le tour de la maison et du jardin. Quelques animaux sauvages comme les serpents nous rendent visite à l'occasion. Le matin, je suis réveillé par le chant des oiseaux; Il fait chaud et humide. Je me sens si bien. L'après midi, je dors dans le hamac bercé par le vent d'Alisées ; il fait si bon. Le soir, nous racontons des histoires autour du barbecue avec les amis et la famille. »

• Argentique | rêvé à l'âge de 18 ou 19 ans | rêve n° : 016- 524052

« Je suis sous la mer, au milieu d'un banc de poissons volants et nous volons sous la surface de l'eau, à vive allure. L'eau est bleue turquoise, elle est très limpide. Les poissons volants nagent de plus en plus vite et moi aussi. Ils me conduisent sous la coque d'un bateau qui flotte à la surface de l’eau, au dessus de nous. Nous remontons dans sa direction et nous passons par une ouverture qui est dans la coque. Nous traversons le bateau et maintenant nous sommes dans le ciel, libres. Notre course se poursuit dans les airs, comme si nous étions sous l’eau. Et sous l'eau c'est comme si nous étions dans les airs. Au loin à l’horizon, il y a une ville, une ville de bord de mer et nous volons dans la baie au dessus des bateaux. Les poissons volants restent groupés, comme sous la mer et je reste au milieu d’eux pour voler.  »

• Ophélie | rêvé à l'âge de 38 ans | rêve n° : 016- 40008

« Mes pieds dans des méduses bleues transparentes, de l’eau jusqu’aux chevilles. Devant, des rochers avec des algues vertes glissantes. Plus loin deux silhouettes masculines accroupies devant des rochers bruns. Le bruit des crochets à crabes au fond des trous. Plus loin encore la mer et le ciel se confondent. J’ai 30 ans peut-être 35. C’est marée basse. Le soleil sur mon cou. Mes pieds dans le sable chaud, le bruit des vagues qui s’écrasent. Il m’appelle, je plonge. Dos aux vagues nous nous laissons engloutir. J’ai peur, un peu, mais c’est marrant. J’ai 13 ans peut-être 15. C’est marée haute, le soleil dans mon dos. Mes pieds dans des sandales blanches, les pavés de la cour balayés par le sable. Je joue à tourner, tourner, tourner sur moi-même dans ma robe blanche. Le bruit des ronflements qui s’échappent de la fenêtre ouverte. C’est l’heure de la sieste. J’ai 6 ans peut-être 8. Le soleil sur mon visage. Les vacances... »

• Stella Maris | rêvé à l'âge de 31 ans | rêve n° 016-54744

« Je suis invitée à un mariage. Nous sommes rassemblés dans une salle en longueur. Face à nous il y a les mariés. On nous annonce que ces mariés doivent subir l'épreuve d'être jetés aux lions : s'ils sont dévorés c'est que le mariage ne devait pas avoir lieu, s'ils réchappent, c'est le signe que le mariage tiendra. On jette donc les mariés aux lions, sous nos yeux. Je suis effarée ! Les lions commencent à dévorer le couple. Et soudain la salle où nous sommes devient une salle de cinéma ! Je vois les mariés sur un écran de cinéma ! L'écran se tâche de sang, d'abord par endroit puis complètement. La lumière se rallume. Le film est terminé. »

• Miss | rêvé à tous les âges | rêve n° : 016- 05061

« Il fait beau à la plage. Tout a coup le ciel devient tout noir. Je regardes pour voir ce qu'il y a et je vois une vague de 1 Km de large et 6 Km de hauteur. J’ai très peur. Je cours, je cours pour éviter la vague mais ça sert a rien. La vague me tombe dessus!  »

• Corentin | rêvé à l'âge de 7 ans | rêve n° : 016- 210555

« Il y a la mer et le désert en même temps. Mais il y a trop de vent, donc la mer a recouvert tout le désert. Le réveil sonne et c'est l'heure d'aller à la montagne. Un âne a perdu ses lèvres à cause de la montagne. Et il recherche ses lèvres. Puis il les a retrouvées. »

• Polly | rêvé à l'âge de 51 ans | rêve n° 016 -52801

« J'étais chez des gens que je connaissais en rêve mais pas dans la vraie vie. Je me promenais dans leur jardin et voilà que le terrain glisse, la terre s'effondre, et le me retrouve embourbée à côté d'un pommier. Je veux sortir le pommier de toute cette boue noire et il se casse en deux. Je suis désespérée, j'essaye de le remettre en état mais pas moyen. Je me mets à pleurer.... »

• Marie | rêvé à l'âge de 35 ans | rêve n° : 016- 220423

« Je dois réaliser un documentaire sur une femme russe qui change tout le temps de visage. Je vais la rencontrer, elle vit à la campagne en Russie. Paysages de campagnes bleus froids, gris et verts pâles, comme à l'aube, près d'une ferme. Quelqu'un me montre un passeport avec différentes photos d'identités de cette femme : toutes sont extrêmement différentes, elle n'a jamais le même visage, notamment les couleurs et coupes de cheveux sont toutes différentes, si bien qu'elle est méconnaissable d'une photo à l'autre. Je demande sa date de naissance, on me dit 00.00.0000. Cette réponse me fait très peur, je commence à me sentir mal à l'aise. Je vois ensuite les chiffres tourner comme dans une machine-à-sous, ils s'arrêtent sur 00.00.0000. La femme arrive, et là quelqu'un lui donne un coup de hache sur la tête. La femme s'ouvre en tranches comme un livre, par le haut du crâne, il n'y a pas de sang, rien de tragique, elle est devenue une série d'images qui représentent chacune un visage différent de son identité. Son corps est devenu une couche épaisse de feuille. Chaque feuille tombe à partir du haut de son crâne pour en laisser apparaître une nouvelle. Chaque feuille est comme le corps et le visage en papier d'une nouvelle femme, bien que toutes composent la même personne. »

• Nathalie | rêvé à l'âge de 9 ans | rêve n° 016 -04062

« Je suis dans une pièce noire, sans fenêtre, une sorte de boîte sans couvercle où la seule sortie possible est vers le haut. Je suis sur un tas de cotons bruts, celui que les esclaves noirs cueillent dans les films. Je monte dessus pour atteindre la sortie. Arrivée en haut, mes jambes s’enfoncent dans le tas mou, je glisse interminablement vers le bas et essaie à l’infini de remonter. Je suis aspirée par la mollesse du tas de coton qui m’empêche d’atteindre la sortie. Je monte et retombe, je suis la vague perpétuelle qui ne se brise pas, tenace et impuissante.  »

• Nara | rêvé à l'âge de 6 ans | rêve n° 016 -52103

​« Je suis chez mes grands parents. Je mets mon pyjama en seule compagnie de mon grand père, quand soudain un tigre apparaît. Il est de papier. J'appelle mon grand père : "A l'aide ! Au secours !" Mais mon grand père ne m'écoute pas. »

• Ferdinand | rêvé à l'âge de 51 ans | rêve n° 016 -52500

« Je marche sur un parking de supermarché qui n’en finit pas. Mon ombre n’arrête pas de se déplacer autour de moi, j’essaie de la stabiliser en marchant en ligne droite, mais c’est impossible. Je croise plusieurs fois Isabelle dont je suis immédiatement amoureux et puis Isabelle disparaît. Ce qui produit l’ombre est une montgolfière, pilotée par Shakespeare. Je demande à Shakespeare de remettre Isabelle sur ma route, mais il se moque de moi et me lance une bouée qui est une pizza aux sels des diamants de la Villette. »

• Shams | rêvé à l'âge de 35 ans | rêve n° : 016- 01061

« Mon père me raconte une histoire en arabe. Je ne comprends pas tout. Ma mère essaye de me traduire en français mais je ne comprends toujours pas tout. Puis mon père me mime de façon excentrique et drôle son histoire que j'essaie de comprendre.  »

• Jean-Do | rêvé à l'âge de 61 ans | rêve n° : 016- 40003

« On me sert de la "Romanée-Conti", j'admire la couleur du vin et le fais tourner dans le verre. Puis, je le porte à ma bouche pour le gouter ... et, pauvre de moi, je me réveille au moment de le boire ! Ensuite, j'essaie de retourner dans le rêve mais rien à faire.  »

• Thierry | rêvé à l'âge de 32 ans | rêve n° : 016- 41009

« J'avance dans un hôpital avec mon téléphone à la main et je vois une fille dans une maison toute rouge.  »

• Pénélope | rêvé à tous les âges | rêve n° : 016- 25059

« Je suis petite, 5 ou 6 ans. Je dors dans un lit en fer blanc, un de ceux que l'on voit dans les vieux films, un lit avec des barreaux tout autour comme dans un hôpital. Mais au lieu d'une chambre d'hôpital, je me trouve dans une pièce sans porte, dont les très hauts murs sont composés de pneus de voiture empilés les uns sur les autres. Mon lit est fixé au sol par de grosses chaînes. Progressivement les murs se rapprochent, gagnent en hauteur, tandis que je rapetisse. Mon lit devient minuscule, je deviens minuscule et les murs immenses, les pneus énormes! Ils vont me tomber dessus et m'engloutir! Je me réveille juste à temps. »

Please reload

LA COLLECTION DE RÊVES EST DEVELOPPEE DANS LE CADRE DE LA MACHINE A RÊVES.

LA MACHINE A RÊVES de Florent Trochel est produite par Hana San Studio.

Les partenaires de la première phase du projet sont le Théâtre Paris-ViIlette | la Maison du Geste et de l'Image |  L'Université  Paris III - Censier / UFR de cinéma | La Commanderie des Templiers - St-Quentin-en-Yvelines | Le Musée de la Ville de St-Quentin-en-Yvelines.

 

Les acteurs ayant  participés aux tournages sont : Jonathan Couzinié, Shams Elkaroui et Marie Piemontese, ainsi que des élèves du Collège Varèse (Paris), des étudiant en cinéma de Paris III, des volontaires réunis à la MGI pour un temps de tournage consacré au projet.

La Collection de La Machine à rêves

 

HANA SAN STUDIO

 

CONTACT

 

DONNER UN RÊVE

 

LA MACHINE

 

EXPOSITION